Vélo à Paris : l’éternel débat

La campagne pour les municipales relance la question

A1A2B1B2C1C2

La candidate aux élections municipales à Paris Agnès Buzyn, aussi ministre de la santé jusqu’en février dernier, pense que la pratique du vélo en ville est dangereuse pour la santé à cause de la pollution de l’air. Cet argument (critiqué par les études montrant que l’air des voitures était tout aussi pollué) relance le débat auto contre vélo dans la campagne des élections municipales à Paris.

Certains font la promotion d’une mobilité douce, à pied, à vélo ou à trottinette : ils soulignent les avantages sur la qualité de l’air, sur la santé, sur la réduction du bruit. D’autres défendent l’automobile : ils expliquent qu’il est impossible, pour une grande partie de la population, d’aller au travail à pied ou à vélo, solution envisageable pour une partie riche de la population seulement, vivant proche de leur lieu de travail.

Mais la qualité de l’air de la capitale parisienne étant mauvaise, les candidats aux municipales proposent tous différentes idées. Gaspard Gantzer, ancien candidat, propose de supprimer le périphérique parisien. Benjamin Griveaux, lui aussi ancien candidat, propose de déplacer les gares parisiennes du centre-ville vers la proche banlieue. Les candidats du parti France Insoumise voudraient offrir un vélo à tous les jeunes de 16 ans. Et enfin, plusieurs candidats soutiennent le projet Vélopolitain, un réseau de pistes cyclables qui suit les lignes de métro parisiennes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s