Survivalisme

Une tendance à la hausse

A1A2B1B2C1C2

Il y a des Français survivalistes. Ils ont peur d’une catastrophe, comme l’épidémie de coronavirus ou une révolution. Dans le reportage Survivre, d’Alexandre Perrin, quelques Français expliquent le survivalisme.

Bernard, 33 ans, dort à côté de son sac-à-dos avec de la nourriture, des allumettes, une couverture, une carte de la région, un couteau, une boussole… Philippe, 59 ans, a beaucoup à manger à la maison : des conserves, de pâtes ou de riz pour des mois. Freddy, 40 ans, a un grand jardin pour le cultiver pour être autonome.

Pour Alexis, 19 ans, la préparation à la catastrophe est intense. Il fait du bushcraft : il habite trois mois par an dans la forêt, pour apprendre à survivre. Catherine et Pierre ont un bunker sous le jardin, avec une douche de décontamination et une pièce pour habiter plusieurs mois.

Plus extrême encore, pour se protéger, Bernard a des armes (un fusil à pompe et une carabine russe).

Mais est-ce que le survivalisme est aussi une solution pour s’éloigner de la société ? Où est-ce que c’est aussi un business ? Des entreprises utilisent la peur de la population pour vendre des produits.

Article écrit d’après le reportage Survivre réalisé par Alexandre Pierrin, disponible sur le site https://www.france.tv/slash/survivre/.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s