Commerces de première nécessité : une définition variable

Cavistes, coiffeurs… Quels commerces restent ouverts pendant le confinement ?

A1A2B1B2C1C2

En cette période de confinement, seuls les commerces de première nécessité sont ouverts. Mais la définition même du commerce de première nécessité est floue, et surtout varie beaucoup d’un pays à l’autre. Elle trahit en particulier des habitudes culturelles. Si les commerces alimentaires et les pharmacies en font bien sûr partie, certains magasins restent quand même ouverts, en fonction de ce que la population locale considère comme étant absolument nécessaire. Petit tour d’horizon des priorités selon les pays.

En France, les cavistes sont considérés comme essentiels. Ils ont ainsi le droit de rester ouverts pendant le confinement. On peut cependant imaginer que la décision de laisser les vendeurs de vin travailler répond plus à un risque économique qu’à un vrai besoin de première nécessité.

En Belgique, ce sont les salons de coiffure qui sont restés ouverts même durant la crise du coronavirus. La décision du gouvernement a été critiquée, malgré les restrictions imposées : les salons de coiffure n’ont le droit d’accueillir qu’un client à la fois.

Aux Pays-Bas, les coffee shop sont restés ouverts après une hésitation du gouvernement à ce sujet. La décision a été prise de ne pas les fermer pour éviter une reprise du trafic de drogue. La ville de San Francisco a fait le même choix, en argumentant que le cannabis représente un médicament essentiel qui ne doit pas être inaccessible.

En Autriche, les parcs sont restés ouverts. Après là aussi une hésitation des autorités, les viennois peuvent continuer à se promener dans les parcs de leur ville.

En Pologne, pays très catholique, les habitants peuvent toujours se rendre à la messe. Les autorités religieuses ont cependant demandé à ce que plus de messes soient proposées, pour que les croyants ne se retrouvent pas tous en même temps dans les églises et que les distances puissent être respectées.


A lire sur le même sujet

https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2020/03/20/vin-cannabis-coiffeurs-messe-en-periode-de-confinement-la-premiere-necessite-varie-d-un-pays-a-l-autre_6033862_4832693.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s