Faible baisse de la pollution cet automne malgré le reconfinement

Les taux de polluants atmosphériques mesurés en France n’ont pas autant baissé qu’au printemps dernier lors du premier confinement.

A1A2B1B2C1C2

Le covid-19 est arrivé en Europe pour la première fois au printemps : beaucoup de pays européens ont confiné la population. Loisirs et vacances interdits, télétravail obligatoire, écoles et universités fermées : les Européens ont peu utilisé les transports. Les rues sont restées vides, et les trains et les avions n’ont pas beaucoup circulé. Une conséquence positive de cette situation concernait le climat. La diminution des transports a causé une diminution d’oxydes d’azote, de particules fines et de CO2 dans l’air, car les transports en Europe utilisent beaucoup le pétrole, polluant. En mars, à Paris, après une semaine de confinement, les taux de pollution étaient 70 % plus faibles que d’habitude.

Mais le retour du covid-19 cet automne et le nouveau confinement en France et en Europe n’ont pas la même conséquence. Il reste trop de voitures sur les routes : les polluants dans l’atmosphère ont baissé de -20 % seulement. Il reste donc beaucoup à faire, car la pollution de l’air est responsable de beaucoup de maladies en France et dans le monde.


À lire sur le même sujet

LCI (10/11/2020) : Confinement : la pollution de l’air a bien moins diminué qu’au printemps


Fiche élève A2-B1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s