La construction du CDG Express arrêtée

Un tribunal juge le projet inutile et annule les autorisations de travaux dans les zones protégées.

A1A2B1B2C1C2

©Lionel Allogre CC BY-SA 3.0

Dans son plan de modernisation des transports urbains, la région Île-de-France propose la construction d’une ligne de train rapide entre le centre-ville et l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle (CDG). Les transports entre le centre de la capitale et son principal aéroport sont en effet souvent critiquées : la majorité des passagers et employés de l’aéroport utilisent la ligne B du RER (Réseau Express Régional), une ligne de métro souvent très encombrée, car desservant aussi la banlieue nord de Paris, mais aussi ancienne et régulièrement en panne. La proposition était donc de construire, en parallèle de la ligne de RER, une ligne de train nouvelle, qui relie directement le centre à l’aéroport, sans passer par la banlieue. L’objectif était de diminuer le nombre de passagers sur le RER, et en même temps éviter aux passagers aériens le transfert long et inconfortable en RER. Le projet, appelé CDG Express, devait, à l’origine, être prêt avant les Jeux olympiques organisés en 2024 à Paris.

Mais la proposition a rencontré de nombreuses critiques. En effet, sa construction aurait, pendant plusieurs années, causé des interruptions de trafic sur le RER, et donc gêné le million de passagers utilisant quotidiennement la ligne (alors que le CDG Express est prévu pour seulement 25 000 passagers quotidiens). De plus, la ligne du RER a un besoin urgent de rénovation, pour réduire le nombre de pannes. Les usagers sont donc étonnés que 2,5 milliards d’euros sont disponibles pour un projet de train qui ne s’arrête pas en banlieue, mais que l’argent manque pour moderniser la ligne qu’ils utilisent quotidiennement. Enfin, le prix du voyage sera de 24 euros pour un billet CDG Express, ce qui a amené ses opposants à le qualifier de « train des riches ».

Ce 9 novembre, les opposants au CDG Express ont remporté une victoire judiciaire. Un tribunal administratif a annulé les autorisations de construction dans les zones naturelles protégées, et ainsi suspendu le projet indéfiniment. Le tribunal a justifié sa décision par la baisse actuelle du trafic aérien, et le manque d’intérêt public du projet, car les travaux ne seront pas finis à temps pour les Jeux olympiques. Le gouvernement n’a pas encore annoncé s’il ferait appel de la décision du tribunal.


A lire sur le même sujet

France Info (10/11/2020) : Une décision de justice vient sérieusement menacer les travaux du CDG Express

L’Usine Nouvelle (10/11/2020) : Le projet de liaison entre Paris et l’Aéroport Charles-de-Gaulle jugé « sans intérêt public majeur »


Fiche élève B1-B2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s